Un point positif du confinement est qu’il nous aura poussés à adopter de nouvelles manières de faire, souvent plus productives. En immobilier, ces changements pourraient devenir la norme.

Depuis le 20 avril dernier, le gouvernement provincial a recommencé à autoriser les activités entourant le courtage immobilier, notamment pour les transactions relatives à une prise de possession ou un déménagement d’ici le 31 juillet 2020. Cet assouplissement concerne également l’inspection des bâtiments résidentiels et les services d’arpenteur. Toutefois, les visites libres demeurent interdites, et ce jusqu’à nouvel ordre. Jusqu’à quand ? Pour l’instant, il est difficile de le prédire. Mais lorsque les mesures de confinement seront levées, beaucoup d’acheteurs et de vendeurs continueront de vouloir se protéger du virus. D’autres auront découvert de nouvelles manières plus efficaces pour réaliser leurs transactions immobilières.

La distanciation sociale : nouvelle norme

Plusieurs observateurs croient que la crise du coronavirus entraînera un changement profond dans le monde du travail ; après avoir été contraints au télétravail, beaucoup de travailleurs et d’employeurs adopteront cette manière de fonctionner. En immobilier, le même phénomène est en train de se produire. Les outils jusqu’ici jugés parfois exagérés ou inutiles vont devenir très utiles. Les visites virtuelles sont en train de prendre une plus grande place, tout comme la modélisation et les plans en trois dimensions, les vidéoconférences, les conférences téléphoniques, les formulaires électroniques et les solutions de signatures électroniques.

Le glas de la traditionnelle visite libre du dimanche matin a-t-il sonné ? Pas nécessairement. Mais la technologie de visite virtuelle change la donne. Plutôt que de visiter cinq ou dix maisons qui vous intéressent, vous pouvez vous faire une bonne idée en consultant des modélisations en trois dimensions. Le rendu est similaire à la réalité et vous pouvez vous « promener » dans le logement comme si vous y étiez réellement. Vous pouvez ensuite consacrer vos visites en personne à deux ou trois maisons qui vous intéressent réellement. Ce genre de technologie vous permet donc de gagner du temps et de ménager vos efforts.

Courtiers en télétravail

Beaucoup de courtiers immobiliers adopteront aussi le télétravail dans différents aspects de leur profession. Dorénavant, il sera beaucoup plus accepté par les gens de parler au courtier par l’entremise d’une vidéo, puis dans un spectre plus général, de faire des affaires de manière virtuelle.

Quant aux technologies de signature électronique chez le notaire, là aussi le changement pourrait amener un gain de productivité. Mais est-ce que cela pourra remplacer une chaleureuse poignée de main ? C’est difficile à dire, mais ce qu’on peut prédire, c’est que dans le monde de l’après COVID-19, l’immobilier virtuel aura fait un pas de géant et le gain de productivité des courtiers ainsi que des vendeurs et acheteurs de maisons sera phénoménal.

CONSEILS

  • Si vous avez peur des procédures électroniques et des nouvelles technologies, dites-vous que la sécurité informatique a fait des progrès considérables dans les dernières années.
  • Les visites virtuelles, les appels en vidéoconférence et les signatures électroniques vous feront gagner du temps. Ces technologies vous permettront notamment de mieux trier les maisons qui ne sont pas faites pour vous.

 

Article original
https://www.journaldemontreal.com

Par Jacques Caron